Présentation du site

1 Ce site est un site de réflexion,pas d’actualités;

2 Il s’inspire de la philosophie ou,mieux,de la metaphysique réaliste d’Aristote et de Saint Thomas d’Aquin:il est donc intellectualiste et anti-idéaliste;

3 Il s’organise autour de la définition donnée par l’historien des religions Geiores Dumésil de la tri-fonctionnalité ou tri-dimensionnalité de l’humaine condition:spiritualité,politique économie, soit l’homme devant Dieu,ses semblables, la nature;

4 Les articles sont brefs et denses,abstraits;

4 Le ton et le style sont variables,tantôt froid ou virulent,elliptique ou développé;

5 Il comprendra aussi des bibliographies ou répertoires de sites,de revues d’organismes,etc;

6 Il est encore à l’état d’ébauches tant pour sa conception,son fonctionnement, son contenu ,etc;

7 Malgré ses nombreux péchés de jeunesse,le lecteur,si au mieux,il lit tout-80 aricles,deux ou trois par semaines en plus,ou ne fait qelqus sondages,s’apercevra de sa cohéence sans failles,de son absence de contradictions,des répétitions inévitables,vu le parti-pris, avec compléments ,améliorations,etc,permanents;

8 il est austère,sauf exception;

9 Il ne dévirera pas d’un pouce de ses principes fondateurs,indifférent à l’esprit du temps,hors améliorations,précisions,etc;

10 Il, n’est ps subjectiviste et sentimental mais objectiviste,et dans la mesure,limitée, du possible,intelligent;

11 Il n’est fait ni pour les flemmards ou les indignés professionnels et peut de ce fait paraître trop affirmatif,voire arrogant;

12 Il vient d’être compété, il y a quelques jours seulement,par un site d’action cette fois:tantampotestantamaude.erlande.com;sa devise: »autant tu peux,autant tu oss mais n’oses jamais l’impossible car tu en mourras,toi et les tiens;

12 Son ancien nom était:erlande.wordpress.com;

13 Enfin,les deux sites sont PRO-VIE sans concession.

Son responsable peut être joint sur sa messagerie électronique:brandenburg.olivier@gmail.com ou à son adresse postale:Olivier Erlande Brandenburg,39 rue edmond rostand 13006 Marseille aussi mais pas par téléphone,rigoureusement filtré sauf urgence:laisser alors un mssage avec le numéro à rappeller car le journal d’appels en absence pour des raisons  techniques mystérieuses ne fonctionne pas..

Il est ouvert à toutes les collaborations,coopérations se situant au sens large dans le même esprit.

Il est gratuit pour l’abonnement.

Son rédacteur étant totalement aveugle d’un oeil,l’autre à 2/10),des fautesc de frappes inévitables échapperont à sa vigilance,le logiciel étant en plus défaillant.Pardon d’avance.

 

Autres sites:

-Action:tantampotestantamaude.erlande.com

-Références:souceserlande.wordpress.com

-Documentation:documentationerlandewordpresscom

Ode au néant

Le matin à l’orient,le néant se lève et traîne sa flemme jusqu’à l’occident où il se couche,fatigué de n’avoir rien fait:ainsi du pays du matin calme il plonge dans celui des crépuscules ensanglantés.

Que m’importe ce qui n’importe qu’à moi et aux autres:je suis l’Autre de tout,de moi-même  et de rien.

Je cours plus vite que la lumière,mon ombre est devant moi.

J’appelle le jour,j’appelle la nuit:ombres qui n’êtes que l’ombre de votre ombre,levez-vous et couchez-vous:rien n’est.

Rien ne vaut rien,il ne se passe rien et pourtant tout arrive mais cela est indifférent.

Roi sans divertissement,le sexe et le sang m’ennuient finalement :O mort,vieux capitaine,il est temps,levons l’ancre pour nous plonger dans les paradis artificiels.

J’ai vu Bénarès,Angkor,le lac Titicaca sur lequel flottaient les cadavres des suppliciés et la main de ma soeur dans la culotte du zouave du pont de l’Alma noyé sous les déluges.

J’ai été comme le docteur Kinsey homosexuel,pédophile et violeur de bébés mais tout lasse ,même le sang des innocents.

 

Je cherche mon Autre,je le trouve,il est celui qui est mais il me fatigue à l’avance:être ou ne pas être,là n’est pas la question,enfouissez-moi!

Pourquoi ces ruines qui croulent et sifflent  sur ma tête:la musique syncopée du néant m’enivre et je roule sous la table de famille  désertée.

Dénouez ce que Dieu a uni:vous serez libres et bons pour mon éternité  où le ver ne ronge pas ni le feu ne brûle mais l’ennui aux mille ailes sinistres.

,

L’ennui est mon maître,mon Dieu et je l’adore vautré dans mon fauteuil Voltaire  avec mon petit téléphone qui me donne des nouvelles de nulle part.

 

Je n’ai que des amis,des milliards de bisous sur mon écran:la Chine ne m’inquiète pas,j’y ai des potes par millions.

Quoi,on viole ma femme?Et s’il lui plaît d’être violée?Et puis ma femme a foutu le camp avec un macaque car elle avait trouvé son Autre avec un écran géant sans images et sans paroles

 

Comme un Gulliver assoupi et lié,je me lèvre,me libère de tous liens et mon ombre de géant cache soleil,lune et étoiles:

JE SUIS MOI ET JE NE SUIS RIEN..

 

 

 

 

 

Insensé est celui qui dit que l’être est

L’être et le non-être copulent dans un monde d’apparences où tout est souffrance et accouchent d’un monstre sans tête,sans bras,aux mains pures mais sans mains.

 

Cachez cet être que je ne saurais voir:cette racine d’arbre me donne la nausée et me révolte.

 

Je suis celui qui est et qui n’est pas:débrouillez-vous sans moi,vous ne m’intéressez pas.

 

Demain sera meilleur qu’hier puisque rien n’est ni avant ni après mais seul le vivace et le bel aujourd’hui.Certes prophétisez la mort n’est pas bien difficile mais je suis fatigué de ma frénésie.

 

Laissez-moi m’endormir dans les bras du néant:j’étais puissant et solitaire,je veux être inerte et en communion avec les cadavres.

 

Ah quel farouche bruit font dans le crépuscule  les chênes qu’on abat pour le bûcher d’Hercule:le temps des travaux et des jours est périmé comme  l’océan des blés moissonné:la place est au désert,à le mer toujours recommencée.

 

O mort où est ta victoire:je suis mort-né et j’ai hâte de retourner au néant qui m’a un temps jeté dans le monde comme un déchet.

 

Viennent les jours,passent les heures,nulle part je n’ai ma demeure.

 

Dans mes vies antérieures,j’ai été scarabée,macchabée,androgyne,eunuque.

Qu’il vienne le temps où l’on s’éprenne:l’éternité c’est une flaque boueuse et un soleil éteint.

 

Je ne suis rien:augmentez-moi,connectez-moi à rien et à tout mais surtout laissez-moi contempler mon petit téléphone:il ne dit rien,ne montre rien,n’est rien  :repos du septième jour,des  semaines,des mois,des années,des myriades et des myriades pour rien que l’éternel retour du même.

Le monde est vieilli:l’élixir de jouvence des technologies répétitives va le faire renaître tel qu’en lui-même l’éternité le  change.

Tout changer pour que tout reste pareil:la joie vient de l’uniformité.

Etonnez-moi,Benoît:c’est fou ce que l’on s’ennuie ici.

Promis,j’avalerai des puces domestiquées,comme Protée je changerai de formes en formes,je chanterai la balade des dames de demain,sans sexe,sans yeux comme jadis en Grèce,sans bras sans tête:fi des travaux ménagers et de se prendre la tête,je veux qu’après m’avoir dévisagée,l’on m’envisage car je suis sans visage et seul le Dieu Autre peut m’en donner un.

 

Loué soit le néant,le très-bas,le ver de terre que l’on coupe et qui se reforme pour continuer sa vie de verre de terre amoureux d’une étoile.

 

L’IDEAL,IL N’Y A QUE CELA DE VRAI PUISQU’IL N’EXISTE PAS,N’A JAMAIS EXISTE ET N’EXISTERA JAMAIS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Autre,le nouveau Dieu des crétins au petit téléphone

Dieu est le Tout Autre mais le crétin au petit téléphone trouve cela trop compliqué et peu valorisant:il a abrégé:l’Autre est son Dieu.
Compulsif,il consulte son petit téléphone toutes les trente secondes:l’Autre va lui faire des révélations inouïes.Pas de bol,l’Autre parme une langue incompréhensible.
Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l »ivresse:la glossolalie est de retour et parle l’aztèque « Sacrifie tes enfants,je suis le Dieu des morts ».

Mimétisme:le crétin  au petit téléphone ayant retrouvé son enfance embryonnaire demande en le  baissant  que « La mort se fasse » et s’offre en sacrifice d’agréable odeur à son Dieu sans divertissement   qui se nourrit de chair fraîche: »Me voici,je suis ton semblable,ton frère ».

 

Il monte sur un bûcher de petits téléphones et demande au bourreau « Tout de suite,Monsieur le bourreau ».

 

Evaporé en fumée il a atteint le nirvana du non-être.

 

Comme Empédocle,il a laissé comme trace de son éphémère passage dans la vallée des morts,non ses sandales d’argent,mais ses  tong:il ‘est trop fauché.

 

Ses millions d’amis de faebouque entonnent le choeur des pleureuses: »Il est grand notre Dieu » oisif, impuissant,aboulique,las de jouer la comédie de « L’enfer c’est les autres »

Le crétin au petit téléphone a ses philosophes: »Soi-même comme un autre ».

 

Il rit de se voir si laid dans son miroir.

 

« Délivrez-moi de ce corps de mort,je veux retourner dans le sein de ma mère,le paradis perdu ».

 

Battez-vous,tuez-vous mais foutez-nous la paix.

 

 

Appel aux gaullistes:Fillon ou la chienlit

Un nouveau cartel des non s’est formé autour des faillis,des corrompus,des pervers sexuels,d’une presse propriété  de multi-milliardaires homosexuels,pornocrates,banquiers ou hommes d’affaires véreux,du lumpen prolétariat « intellectuel »,journalistes,acteurs,chanteurs,humoristes,scientifiques archaïques freudo-marxistes-structuralistes-déconstructeurs,féministes hystériques de l’homicide,anti-catholiques obsessionnels,néo-païens chamanistes technologiques,poly-toxicomanes,LA LIE DE LA TERRE.

Comme sous de Gaulle,l’électorat fidèle de Fillon représente seulement environ 15 % de l’électorat total mais ceux-ci sont « L’armée de ceux qui me soutiennent et qui emportera la victoire »-de Gaulle toujours.

Les sondeurs-nolens volens car appartenant au même univers-comme ils l’ont fait avec le FN ,sous-estiment systématiquement un électorat intimidé mais qui au final est largement supérieur aux estimations,d’où « les surprises ».

 

Un électorat assez semblable:féminin,catholique,conservateur mais imaginatif,loin des archaïsmes de droite,de gauche ou d’un centre qui est partout et nulle part,en un mot des politichiens au rancart ,des jeunes loups aux dents déjà élimés d’avoir mangé à toutes les étables,des dinosaures nostalgiques  des anciennes républiques,tous  souhaitant continuer à « faire cuire leur petite soupe sur leur petit réchaud »,des traîtres de comédie récidivistes,des éternels anti-France.

 

Certes Fillon n’est pas de Gaulle:jeune élu à contre-courant en 191,gaulliste social,appelé trop jeune à des responsabilités dans un monde politique croulant de toute part,sa naïveté est devenue plus qu’une erreur,une faute, mais que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre.

Avec Macron,la France en prend encore pour cinq ans de promesses non tenues,d’incohérences,d’agitation et d’inertie,de vassalisation à tous et à personne,d’aventures extérieures et de désagrégation intérieure,de suicides assistés dans l’indignité.

 

Que les valeureux,les nouveaux « Compagnons de la libération » forment cette garde d’honneur dont tout souverain a besoin dans les coups durs qui sont dans la nature des choses car « L’homme n’est pas sérieux »-Montherlant-et « Tout est toujours allé mal »-de Gaulle.

 
« Je suis l’esprit qui nie tout » »-de Gaulle à Hubert-Beuve-Méry alors patron du Monde d’après Goethe::que ceux qui nient tout,les nihilistes,les agnostiques,les relativistes, »Les athées qui ne croient pas à rien mais à n’importe quoi »-Chesteton-du même-« Il y a ceux qui ont des dogmes et qui le savent et ceux qui en ont et ne le savent pas » -que tous ceux-la signent tous les armistices qu’ils veulent:

 

« La flamme de la résistance française ne s’éteindra pas ».

.

 

.

 

:

.

 

 

Les hystériques de l’homicide frappent leur dernier coup

Avant d’être balayés dans les ténèbres extérieures,les hystérique de l’homicide financent sur fonds publics une campagne de réclame en faveur de l’euthanasie et,sous voiles faciles à découvrir,du suicide assisté dans l’indignité,violant ainsi leurs propres lois.

 

Sous la houlette de LGTB comme l’homosexuel marié Romero et derrière la façade de la responsable du Centre des soins palliatifs qui trahit ainsi  sa mission,cette politique de la terre brûlée va entraîner une vague de suicides telle que la France n’en a jamais connue,notamment chez les plus faibles :personnes malades,en fin de vie,jeunes gens et jeunes filles , et même enfants,tous en situation de grande fragilité car abandonnés à eux-mêmes par  leurs proches et un corps médical dénaturé car trop féminisé.

Nihilistes et donc suicidaires,drogués par touts les  stupéfiants réels ou idéologiquse,après avoir fait sur le théâtre d’ombres du monde une figuration éphémère avec comme seule fin de « jouir sans entraves »,ils veulent emporter dans leur danse macabre les vivants qui sont,pour eux, des insultes en chair et en os-et en intelligence,la leur étant décomposée depuis longtemps et sentant déjà.

 

Frénétiques,apathiques,la bave aux lèvres comme des épileptiques tel Mahomet,leurs pétasses criant à la mort comme des hyènes,des euménides,des harpies,des erhynnies,leur seul horizon est une mort sans phrase paganisée.

 

Leurs complices peuplent encore les salons dorés de la Présidence concubinaire,du Premier Ministre FM,des minisrtraillons,des agences d’Etat,des entreprises publiques ou privées,fêtards,bambochards,partouzards,pédophiles,toxicomanes et  débauchés,souvent  franc-maçons, comme l’ancien patron de l’Ecole Nationale des Sciences Politiques,Richard Descoings, retrouvé mort à l’aurore dans un hôtel de la pomme pourrie New York après une nuit de sodomie,de drogues,de psychotropes,d’alcools et ,pourquoi pas,de viols à la Srauss-Kahn, ou Guillaume Pépy,enfin patron de la SNCF,poste jusqu’alors refusé du fait de ses turpitudes sexuelles.

 

Menant le bal des mort-vivants,des pétasses analphabètes et sur-diplômées leurs servent de maîtresses sado-masochistes comme  l’a filmé le  pédophile Polansky, et, en d’autres temps, le très honorable Barthou, spécialisé dans le rôle de chiens obéissants aux ordres de la fouetteuse.

 

« Le vingt-et-unième siècle sera un siècle de sexe et de sang »-Malraux.

Même combat pour l’Etat islamique,les dorés sur tranche de la République une et indivisible,les chamarrés des Préfectures,les chats-fourrés d’hermine des tribunaux présidés par des femelles frustrées ,les responsables des organismes internationaux-Machin,Truc-Muche,Cours d’injustice et de rien du tout,des soldats internationaux violeurs et voleurs,parangons des vertus et experts en vices.

 

Voici venir le temps de l’Apocalypse des crétins montés trop vite en graine et aspirés par le néant d’où ils sont sortis par le coup de baguette magique de « Sainte Evolurion ».

 

« N’ayez pas peur,petit troupeau;j’ai vaincu je monde »-et même Bergoglio.

 

 

.

.

 

 

 

 

 

 

 

.

Evangelium-Vitae: France, … pour sortir de l’impasse !

Evangelium-Vitae

France, … pour sortir de l’impasse !

Publiée le 03-02-2017

Notre pays a besoin de prières pour sa traversée du désert, son chemin de Damas. Disons-le franchement, pour sa conversion. Même si cette conversion est en route et que nous voyons déjà se poindre de nombreux signes du printemps spirituel annoncé par Saint Jean Paul II lors de ses visites en France. Mais aussi avant par le Pape Pie X, ou Marthe Robin.

Catholiques, nous ne pouvons ni ne devons nous décourager, manquer d’Espérance. Si chaque baptisé/e vivait son temps de prière personnelle chaque jour, prière du coeur, ou oraison … Si nous vivions notre vie chrétienne pour de vrai, alors l’Esprit Saint, alors Notre-Dame auraient toute l’initiative pour faire sortir, à travers nos coeurs, nos intelligences, nos mains, notre pays de l’impasse dans laquelle il se trouve et que les forces du Mal, que Satan, veut enfoncer encore davantage.

Chaque jour prions au moins une dizaine de notre chapelet aux intentions de notre pays. Confiant en ce que Notre-Dame, qui a tant de fois visité la France, opère dans les âmes. Implorant notre propre conversion personnelle, familiale. La conversion des personnes qui dirigent la France.

Nous vivons ce temps d’aller à la source de notre Baptême. C’est ce que nous demandait Jean Paul II … C’est, en profondeur, ce que nous vivons. Et, nous n’avons pas d’autre alternative possible !

France, Fille ainée de l’Eglise, Educatrice des peuples… choisis donc la vie … et tu seras bénie par Dieu (Cf Deut 30)

L’Evangile de la Vie propose une image avec des prières pour la France, de Marthe, de Marcel Van, de Jean Paul II, à distribuer très largement autour de nous. une image en xis petites pages, format poche/ Il est urgent d’encourager cette grande prière. Afi que nos coeurs s’ouvrent à ce que Dieu veut donner à chaque amille, à notre pays.

Pour recevoir cette image : par lot de 100 images : participation aux frais suggérée de 14€ port inclus : AD-l’Evangile de la Vie. 32 Cours de la République, 84500 Bollène.
< Voir toutes les actualités
Archives

Site mis à jour le 02 fév. 2017

CRC:Saint Paul, lumière du monde, sel de la terre

7
Saint Paul, lumière du monde, sel de la terre

«  Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel vient à s’affadir, avec quoi le salera-t-on  ? Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur la montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau  ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même que votre lumière brille devant les hommes  : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux Cieux.  »

Saint Paul par ChampaignePar cet enseignement qui suit immédiatement le discours des Béatitudes, Notre-Seigneur révèle à ses disciples les exigences de leur vocation tout en avertissant sévèrement ceux qui seraient tentés de s’y dérober.

Quelle est cette «  lumière du monde  » dont parle le Christ  ? Est-ce celle des Apôtres d’hier ou celle des “ apôtres ” d’aujourd’hui  ? S’il est un Apôtre dont nous connaissons par le menu toutes les péripéties, c’est bien saint Paul. Si parmi les églises qu’il a fondées il en est une qui ressemble à ce que nous voyons aujourd’hui en fait d’orgueil et d’immoralité, c’est bien l’Église de Corinthe. Voyons comment dans des conditions si difficiles l’Apôtre du Christ s’est montré «  lumière du monde  » et «  sel de la terre  ».

Contrairement à ce qu’il a fait à Athènes, Paul ne cherchera plus à dialoguer ni à flatter ses interlocuteurs. Il ne voudra plus savoir que Jésus et Jésus crucifié. L’Esprit-Saint bénit cette prédication, les miracles abondent, les pécheurs se convertissent, l’Église de Corinthe est fondée.

À peine Paul était-il parti pour Éphèse que les chrétiens de Corinthe se divisent. Les uns prennent parti pour Apollos, car “ il présente bien et parle avec éloquence ”. “ Avec Pierre, on ne se trompe pas, c’est le chef de l’Église, le successeur du Christ… Alors, moi je suis à Pierre… ” À la suite du Concile de Jérusalem, Pierre est plus spécialement chargé des juifs convertis, et Paul des convertis du paganisme. Tous ces chrétiens vivaient dans les mêmes communautés, et il y avait souvent des frictions, des incompréhensions… aussi peut-être saint Pierre était-il allé à Corinthe pour y faire sa visite apostolique, comme il faisait partout.

Quant à ceux qui se réclamaient directement du Christ, Pierre et Paul n’étant que des hommes, cela leur permettait de n’obéir à personne, de penser et d’agir en toute liberté, c’étaient des protestants avant la lettre…

Comment l’apôtre va-t-il s’y prendre pour mettre un terme à tant de divisions mesquines  ?

Saint Paul leur rappelle alors le véritable caractère de l’Apôtre. Ce n’est pas celui qui fait de beaux discours qui présente bien comme Apollos, c’est celui qui prêche la folie de la Croix, celui qui est considéré comme la balayure du monde… Car c’est lorsque l’on est ainsi anéanti que l’on fait vraiment le travail de Dieu… Saint Paul voit très bien qu’avec Apollos le christianisme risque de devenir une idéologie, une tribune pour les beaux parleurs… Eh bien, non  ! Saint Paul choisit d’opposer contradictoirement la folie de la Croix à la sagesse des hommes, grecs ou hébreux. Ces beaux prêcheurs croient être sages, mais ils ne prêchent pas la folie de la Croix, leurs discours sont donc vains, sans fruit. Voilà ce que cela veut dire en clair. Saint Paul s’impose, c’est lui le père, la lumière du Christ, le sel pour l’Église de Corinthe.

Saint Paul va exercer sa paternité en réglant tous les différends, tous les problèmes pendants. Il va y développer son enseignement de la sanctification des membres de l’Église par la puissance de l’Esprit.

Il reproche aux Corinthiens d’aller se faire juger par des tribunaux païens. Au lieu de leur donner des raisons prosaïques de prudence tout humaine, il leur rappelle toujours les raisons les plus mystérieuses, mais les plus profondes, les plus puissantes  : «  Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde  ? Et si c’est par vous que le monde doit être jugé, êtes-vous indignes de prononcer sur des riens  ? À plus forte raison les affaires de cette vie  !  » (I Cor 6, 2)
Autre problème, les Corinthiens reviennent de loin  ; ils sont encore charnels et certains retombent dans leurs vices. Au lieu de dire  : la fornication présente des ennuis, la prostitution c’est dangereux, il y a des risques de maladies… Saint Paul évolue à un niveau supérieur. Il explique à ces grands pécheurs que leurs corps sont les membres du Christ, et qu’ils ne peuvent donc pas les prostituer. C’est l’enseignement le plus magnifique sur la pureté.

Alors puisqu’ils sont sanctifiés, temples de l’Esprit-Saint, membres du Christ, Paul leur donne une suite de résolutions  : premièrement, fuir les gens vicieux, mais fuir surtout l’idolâtrie parce que l’idolâtrie c’est la prostitution sacrée, c’est se livrer corps et âme au démon par le truchement d’une idole. C’est donc s’arracher au Christ pour ne devenir qu’un corps avec le démon  ; voilà l’explication de saint Paul, voilà pourquoi il faut fuir tout cela cette prostitution qui est un esclavage de Satan…

Comme tout bon apôtre chrétien saint Paul appelle, ose appeler – c’est le titre du véritable Apôtre – les chrétiens de tous les temps à vivre saintement, non seulement dans leur âme, mais jusque dans leur chair  ; vivre saintement dans le mariage ou mieux dans la continence (cf. I Cor, 7). Il invite aussi les femmes à être discrètes (cf. I Cor, 11); il y a là une méfiance très nette contre la chair et contre l’orgueil féminin, l’ostentation et la provocation féminines.

Troisième recommandation  : qu’ils pratiquent la charité fraternelle. La Charité  ! Saint Paul est inépuisable sur ce sujet. Il en parle au chapitre XI, versets 17-33, en mettant la charité fraternelle en relation étroite avec l’Eucharistie. C’est le fameux passage de saint Paul, l’un des deux passages de cette épître sur l’Eucharistie  ; celle-ci, dès le début est intimement liée au partage, comme disent les modernes en en faisant quelque chose de tout humain, ce qui est éloigné de la pensée de saint Paul  ! Ce qu’il faut dire, c’est que l’Eucharistie est un grand mystère divin, mais dont le fruit immédiat est la charité fraternelle, le partage. Car la charité est au-dessus de tout.
La puissance de l’Esprit qui explose actuellement dans l’Église sous différentes formes n’est pas anarchique pour saint Paul. Tous ces charismes, ces dons, ces puissances ne doivent pas pousser les chrétiens vers l’extraordinaire et l’extravagant.

Non  ! cette puissance est dirigée par l’Esprit-Saint non pas dans le sens de la folie, mais vers le travail quotidien, méthodique de la sanctification des chrétiens et elle exige pour cela leur concours. C’est ce qui différencie l’Église primitive et l’Église d’aujourd’hui des sectes pentecôtistes, etc. Dans les sectes, il y a la puissance de l’Esprit, quel esprit, je n’en sais rien, mais c’est un esprit qui part dans l’extravagance, dans des choses de plus en plus extraordinaires, mais cela n’a jamais produit la vraie sainteté. Saint Paul considère cette puissance spirituelle disséminée dans les airs, et cette communauté de Corinthe où l’on était ivre de charisme, de prophéties, de miracles, et il leur dit  : “ Allons, allons reprenez la maîtrise de cet esprit et appliquez-le aux tâches concrètes de votre conversion véritable, de votre sanctification, de la spiritualisation de votre chair. ” Il fallait être saint Paul pour le faire et c’est parce que les Corinthiens lui ont obéi que cette Église est devenue sainte.

Donc l’Esprit travaille pour l’Église  ; dans l’Église, l’Esprit travaille pour la charité fraternelle  ; celle-ci opère tout et toutes les vertus mènent à l’Eucharistie qui est quand même le centre de cette épître. Les Apôtres n’en parlent pas beaucoup, mais elle est là tout de même, c’est le repas du Seigneur et c’est le moment où il faut être tous purs et tous unis par la charité. Une épître comme celle-là, c’est magistral  !

Nous sommes à des années-lumière de Vatican II et de l’obligation qu’il fait à ses nouveaux missionnaires de ne plus prêcher aux païens les folies d’amour de Jésus pour arracher les âmes de l’enfer. Non  ! le Concile veut désormais que les apôtres de l’Évangile apprennent aux païens par «  un dialogue sincère et patient quelles richesses Dieu, dans sa munificence, a dispensées aux nations…  » (Vatican II  : Décret sur l’activité missionnaire de l’Église, 1, § 11).

De grâce, saint Paul, revenez avec votre cœur de feu et délivrez l’Église du Christ des «  archi-apôtres  ».

Abbé Georges de Nantes
Extraits de la retraite de communauté  :
«  Saint Paul apôtre et martyr  » (S 18)
Précédent

La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
http://www.crc-resurrection.org