Le mal:mystère d’iniquité,mystère de la foi et évidence naurelle

Le mal est pour l’intelligence naturelle et son fondement,l’évidence naturelle, un scandale,elles qui nous font nous exclamer comme André Frossard et chacun d’entre nous,hommes surtout ,au sens de mâle,à la vue d’un enfant qui vient de naître,si lamentable soit son apparence pour les plus malheureux,les plus faibles,les plus « faux »,les plus laids,que la vie est bonne et même très bonne et que donc même dans l’ordre naturel,accessible à cette intelligence ou  évidence naturelle,aucun doute ne peut exister malgré mille difficultés-Saint John Henry  Newman-que

ces facltés sont vraies  et ne nous trompent pas lorsqu’elles nous affirment en effet que la vie naturelle est bonne et même très bonne et radicalement opposable à toute culture et acte conséquent de mort.Pour les femmes,cette intelligence ou évidence naturelle sont aussi profondes que cette réalité naturelle qu’elles portent la vie dans leur sein volontairement et que lorsque ce n’est pas le cas,qu’elles ont été victimes d’un viol physique ou spirituel ,ou pire encore pour ces malheureuses qui avortent, qu’elles sont non pas d’abord criminelles mais suicidaires,le péché le plus mortel qui soit car engendré ,sous la pression d’autrui ou pire,sous une tendance naturelle dont il est possible librement de dire qu’elles ne sont pas peccables  car dominée  par une force invincible,même en apparence par la Grâce et n’entraîne donc nulle faute.

A l’origine des origines,en effet,il n’existe aucune faute naturelle mais seulement,une faute surnaturelle,celle de Satan,Lucifer,le porteur de lumière qui en toute connaissance de cause,lui,dit « non serviam »-« je ne servirai pas ce Dieu que je sais pourtant être infiniment bon.

Telle est la tentation qu’avec mensonges,le père de ce dernier place à la face e la première femme et du premier homme en leur faisant la fausse promesse que s’ils refusent de servir Dieu et de lui obéir, »ils seront comme des dieux » et « ne mourront pas »

A cette tentation extrême et originelle pour l’homme seul, celui-ci cédera  plus -peut-être-la réponse est libre- par vanité  que par orgueil  et cette paresse qu’elle entraine.Malgré ce péché originel qui se transmet d’âge en âge,notre âme n’est  pas toute noire contrairement à ce qu’affirme le menteur,vaniteux et paresseux luther.En effet,Dieu ne reprend jamais totalement sans consentement personnel ce qu’il a donné gratuitement, que ce soit dans l’ordre naturel ou surnaturel.Si ces deux ordres sont bien « d’un autre » ordre »-Pascal-ils ont tous deux  le même créateur qui ne peut se contredire et même s’est juré que plus jamais il ne châtierait le genre humain comme Il le fit lors du déluge,ne laissant vivre que le reste de Noé-Noël-et les siens et toute semence de vie sur terre.

Nous pouvons donc affirmer  avec assurance mais non sans crainte pour les hommes du commun que la vie même naturelle et blessée est bonne et même très bonne,seuls les élus,les saints,les pères et Docteurs de l’Eglise étant peut-être et encore, exempts de cette crainte.Pourtant,les hommes qui ne sont pas des élus même s’ils craignent et tremblent peuvent être certains grâce à l’existence évidente de ces derniers que la vie naturelle et surnaturelle ne sera pas « abolie mais transformée »-vita non tollitur sed mutatur.

Le mystère d’iniquité surnaturel ne viendra à bout ni de l’évidence naturelle dont nous gardons tous la trace à la fois dans notre intelligence et dans notre coeur, que la vie l’emportera mais non sans la vie surnaturelle de la grâce qui nous a elle aussi été  donnée gratuitement et sans mérite autre que de n’avoir refusé ni l’une ni l’autre.Les damnés sont ceux qui refusent d’abord la bonté naturelle de la vie ce qui les pousse ensuite à refuser la plus grande bonté encore de la vie surnaturelle mais jamais  rien n’est perdu jusqu’à la dernière heure.Ensuite,nous ne savons pas, mais nous pouvons encore affirmer que la vie naturelle est très bonne et donc la vie surnaturelle encore meilleure et parfaite,parvenant ainsi au bout de notre voie ,de notre fin qui est la perfection dont nous sommes capable mais qui reste néanmoins à mille lieux de la vie divine Pourtant, nous n’avons aucune raison de nous en affliger mais au contraire de rendre grâce pour la grâce éternelle ainsi obtenue,notre perfection comme toute celle des être crées ne pouvant se restreindre à elle-même,se replier sur elle égoïstement et avaricieusement mais rester toujours ouverte à une perfection  plus grande,dans l’Eglise.

Celui qui affirme et clame cette certitude le fait pour la majeure partie d’entre nous dans la crainte d’accumuler des cendres sur sa tête et d’affronter volontairement et librement mille et une difficultés mais qui ne font pas un doute.

Ainsi,les deux ailes que nous possédons,naturelle,l’intelligence ou la raison et celle de la foi,surnaturelle,si elles ne battent bien souvent pas de conserve, nous font aller néanmoins au plus haut possible.

Dieu est sans contradiction car pur acte d’être

et ne se contredit jamais non plus dans la diffusion des biens qu’Il donne dont les premiers sont l’être, la vie et le mouvement,notre trinité à nous,membres du genre humain.

Satan est donc aussi  » le Grand Contradicteur » qui veut introduire partout et même dans le monde dit matériel parfois des contradictions mortelles car il sait de source sûre car le plus intelligent des Anges que « toute cité divisée en elle-même périra » et qu’il pourra l’entraîner là où elle ne sait ni ne ne veut aller au tréfonds d’elle même;or nous sommes tous une cité personnelle avec son château de l’âme aux nombreuses demeures-Sainte Thérèse d’Avila,Docteur de l’Eglise en vie intérieure.

Le chemin de la vie mène donc à une porte étroite qu’il nous faut franchir avec nos puissances naturelles,l’intelligence et le coeur et avec l’aide  de la grâce et des vertus théologales qu’elle nous donne,la foi,l’espérance et la charité qui,elle, »ne passera jamais »-Saint Paul.

Tous les membres du genre humain passés,présents et encore plus futurs sont assurés de ces  vérités, même si elles sont noyées dans des ténèbres en apparence invincibles mais qui ne le sont  pas sauf pour certains avec faute de leur part ou sans faute de leur part.Ainsi le genre humain a survécu malgré les cataclysmes,tempêtes et nuits qu’il a traversées.Ceux qui osent nier et refuser ces vérités sont des déserteurs de l’humaine condition et seront damnés pour l’éternité pour cette raison en plus de la damnation qu’ils encourent pour avoir renié et refusé les sept dons du Saint Esprit que Dieu leur a donnés  en puissance comme à une matière sans forme  à l’origine puis en acte lorsque la forme des sacrements les transformeront en vie surabondante.

Le mystère d’iniquité est si grand qu’il conduit au désespoir certains et tentent de le faire pour chacun d’entre  nous qui y cédons souvent mais l’évidence de la nature accomplie par le mystère de la foi doivent nous en préserver.

Ainsi la Vie l’emportera sur la Mort et le mouvement commencé à la conception aboutira à la gloire de la résurrection si nous ne mettons pas en travers un « je ne servirai pas » ou « non serviam », quand nous préférons plus ou moins consciemment la mort à la vie.

L’ivraie qui est le mauvis grain de la mort,si elle co-existera toujours dans ce bas-monde avec le bon grain,sera après le Jugement Denier éternellement séparée du bon grain par un abime infranchissable et  brûlée éternellement et et le vers la rongera de l’intérieur éternellement.Cette certitude pourtant fait frémir les sceptiques couchés sur « le mol oreiller du doute » alors qu’elle est la joie de ceux qui savent même qu’inchoativement et qui croient sur cette terre pour voir leur espérance comblée au ciel.

Mais personne ne sait ni le jour ni l’heure,même pas le Fils, »Le Père l’ayant fixée- sans le dire malgré des signes certains mais très difficiles à comprendre-dans son infinie sagesse ».

Le mal n’étant qu’un manque d’être qui a ét

é volé par Satan,le mystère d’iniquité n’est aussi qu’un manque d’être mais si puissant qu’il peut nous fasciner et nous mener là où nous ne voulions pas aller et ne savions pas non plus ou moins volontaire ment et librement que nous allions.A ce manque,seule une surabondance de vie donnée pouvait répondre.

Ainsi le Christ a déja jeté Satan dehors et ce dernier ne peut plus que rôder comme un maraudeur pour entrainer les proies qu’il convoite pour lui tenir compagnie en enfer.Soyons- en certains et pour cela regardons « pour de bon  » un enfant qui vient de naître et n’attend que son baptême pour marcher dans la voie étroite de la perfection:ad augusta per angusta.

Que les lecteurs de ces lignes et leur auteur surmontent leur peur et quoique vivant « avec un précipice à droite et un précipice à gauche »-Pascal -volent ou boitillent cahin-caha vers « les portes éternelles » qui s’ouvriront quand le Dieu -un et trois- le voudra,chacun à sa place: »délivrance aux âmes captives »-fin du « Soulier de satin » de Paul Claudel -‘expression tirée d’un Psaume.et quand nous tomberons,relevons-nous car un Simon de Cyrène se trouvera sur  notre chemin  pour nous conduire jusqu’à « la bonne mort ».

.Abonnement gratuit:brandenbur.oliver@orange.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s