Communication ou miroir?

Le désir de « communiquer » peut avoir bien des raisons et poursuivre bien des buts différents!Une distinction essentielle peut néanmoins être faite dès le départ:communication de soi-même ou de sa communauté dans le meilleur des cas ou communication d’une information au sens fort du terme « formation  » à une vérité extérieure à soi-même ou à sa communauté,le bien commun d’une communauté plus large,nationale ou même internationale ou,mieux encore,universelle.
Dans le premier cas,l’action est fascinante mais auto-centrée et,en fin de compte,répétitive et lassante car trop limitée à une communauté propre finissant par exister pour le plaisir d’exister et de faire sa louange sans guère se soucier de vérités plus vastes et plus difficiles à chercher et trouver.Ainsi s’épuisent les révolutions dans la répétition et l’ennui ou l’importance démesurée accordée à des vérités trop particulières!Alors tout finit par se désintégrer dans l’insignifiance puis dans l’abandon.Or tel est le sort habituel.
Dans le second cas,plus coûteux en terme d’efforts et d’objectivité parfois désagréable pour sa propre image,
d’où peut venir alors aussi bien le nouveau que l’ancien sinon d’une autorité ou communauté supérieure mais encore faut-il accepter la légitimité de celles-ci et d’être dépassés par elle,formés par elle.Ainsi naît un ordre hiérarchique contraire à l’horizontalité et,au contraire,obéissant à un ordre supérieur,vertical.Il faut alors soit admettre que cet ordre est lui aussi auto-centré et répétitif propageant,non plus des vérités transcendantes mais des idéologies diverses soit admettre qu’émanant de pus haut,d’un tout autre ordre,les comprendre,les approuver et s’y soumettre car plus élevées que tout ordre purement humain et finalement à nouveau auto-centré et pléonasmatique sans nouveau ni ancien.
A quoi bon dans ce cas car la formation devient stagnante,s’étiole,se rabougrit puis se décompose car morte et non plus vivante,l’échappée vers une révolution permanente étant vite illusoire!
Ainsi en va-t-il dans même le meilleur des cas,celui de l’humanisme sans transcendance,pour être clair,athée ,son drame final étant le retournement contre lui-même de cet ordre si limité qu’il en devient fictif,l’humanisme devenant un contre-humanisme car « humain,trop humain »,décevant,nihiliste
et déserteur de l’humaine condition qui est d’être limitée par elle-même,la dernière échappée possible allant
vers une utopie irréelle et inconcrétisable qui oblige à mentir sur soi et puis sur tout!
Conclusion,ici comme ailleurs: »Où irions-nous,Toi seul a les paroles de la vie éternelle »,moteur plus ou moins caché ou plus ou moins lumineux de toute vie humaine.
« Délivrance aux âmes captives »!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s