La révolution trouvée

Dans les années 1970,Raymond Aron donnait comme titre à l’un de ses ouvrages d’actualité « la révolution introuvable »,suite aux échecs des révolutions passées et notamment de celle,ridicule ou ignoble,c’est selon

,de Mai 1968,en France surtout mais aussi un peu partout ailleurs dans le monde,preuve supplémentaire,s’il en fallait, de la vérité des thèses développées par Gustave Le Bon vers 1900 dans « la psychologie des foules » selon lesquelles,comme les personnes,les foules pouvaient être saisies de folies collectives épidémiques plus ou moins durables,
Mais la constatation un peu attristée quand même du libéral et sceptique Aron n’allait comme toujours pas assez loin.
Le mot « révolution » vient de l’astronomie et désigne le mouvement et le temps qui lui est nécessaire,pour une étoile pour revenir exactement à la même place dans le ciel de la nuit.Il est curieux,en première instance tout au moins,qu’au sens metaphorique,ce mot désigne exactement l’inverse,le « du passé,faisons table rase » et des objectifs que l’on assigne à ce mouvement,créer un monde et un homme nouveaux.
Passons sur le fait que dans le passé,bien des « révolutions » se soient données pour but,en effet,de revenir à un passé,conçu comme un âge d’or par rapport aux difficultés du présent.Si,en réalité,cette nostalgie reste bien présente dans les révolutions modernes,plus personne,par conformisme et allégeance au Dieu Progrès, n’ose plus la mettre en avant ouvertement, et venons-en aux révolutions modernes et à leurs prétendus objectifs ci-dessus énoncés.
Or,il est facile de constater qu’historiquement ,toutes les révolutions modernes ont abouti aux résultats exactement opposés à ceux qu’elles s’assignaient dans le domaine politique,qu’il s’agisse de la révolution bolchevique ou national-socialiste ou chinoise,etc.
Déja la chose est plus difficile à faire admettre si l’on parle des nombreuses révolutions anglaises,de celle de « la magna carta » à « the great revolution » et plus encore,pour nous français, de l’idole de 1789 et de
ses répliques de 1830,1848 et 1870,plus ou moins ridicules ou sanglantes.
Pourtant,il est aisé de montrer que toutes ces révolutions,loin de donner à un peuple mythifié ce qu’elles leur promettaient-liberté,égalité,fraternité,justice sociale, etc,et ,in fine,création d’un » Homme nouveau »- sauf à considérer que l’homme de 1789,par exemple,soit un « homme nouveau » ce qui est hardi tant sa médiocrité et sa vanité sont éclatantes et ses échecs si cinglants que de nouvelles révolutions furent fomentées et parfois,hélas, réussies,qui dénonçaient justement l’inexistence des résultats obtenus pour ce peuple déifié car souffrant!Ainsi en allait-il de l’appellation « formels » que les communistes donnaiennt à ces mêmes résultats pourtant proclamés comme atteints par ceux devenus réactionnaires aux yeux des nouveaux révolutionnaires,accusations qui appuient le titre et la conclusion de cet article.
Un exemple unique mais suffisamment significatif permettra de justifier cette thèse:le vote pendant la révolution française de la loi Le Chapelier qui interdisait à tout citoyen de se regrouper en associations pour défendre ses droits;le but était d’abolir les anciennes corporations de maître comme de leurs collaborateurs au nom de la liberté,de l’égalité et de la fraternité et le résultat de mettre le groupe social montant,celui des ouvriers des nouvelles manufactures, les mains nues devant leurs patrons bourgeois puisqu’en vertu de cette loi ,ils ne pouvaient ni se regrouper en syndicats,terme nouveau venu mais au contenu identique,ni faire grève ni porter des revendications de hausse de salaires et autres avantages collectifs comme les congés.Or,ces droits,sous l’Ancien régime, existaient bel et bien sans soulever la moindre objection.
Le déni de justice et ses conséquence,la paupérisation du prolétariat qu’avaient bien anticipée des penseurs classés comme réactionnaires par les bourgeois libéraux,comme Joseph de Maistre,de Bonald et jusqu’au futur Napoléon III dans son livre « l’extinction du paupérisme », ne pouvaient que susciter un nouveau mouvement révolutionnaire,voulant faire de ce passé table rase et il en fut ainsi d’ailleurs mais avec toujours le même mythe de la naissance d’un « homme nouveau » dont on sait ce qu’il advint,le seul homme nouveau apparaissant dans les révolutions réussies du XX° siècle étant l’homme concentrationnaire.
L’on pourrait prendre aussi l’exemple sans doute encore pire du code civil révolutionnaire dit « Napoléon » qui faisait ,entre autres progrès,de la femme « une incapable majeure » ,donc sans droit et de la propriété un bien sacro-saint dont le titulaire pouvait user et abuser librement,soit un retour en arrière de plus de douze siècle au droit de propriété romain « uti et abuti »-user et abuser .Il va sans dire que sous l’Ancien Régime,dans les deux cas cités, la situation était mille fois plus favorable aux plus faibles,la femme pouvant hériter ainsi d’un Duché,ce qui ‘est pas rien,comme ce fut le cas pour Aliénor d’Aquitaine ou Anne de Bretagne mais aussi de bien d’autres cas plus banals.
Ainsi,il est prouvé que la révolution française, même après les viols d’une épouvantable violence, de ses principes sous la Terreur, aboutit à des résultats rigoureusement inverses aux objectifs proclamés et qu’il fallut bien des années,bien des luttes ,beaucoup de sang et d’humiliation,de menaces de nouvelles révolutions, pour « dérévolutionnariser » une révolution inique!

La même preuve peut être donnée pour toutes les autres révolutions mais comme elles sont d’un autre ordre car se faisant dans d’autres domaines,surtout quand il s’agit de questions morales que l’on débaptise en les appelant d’un néologisme dénué de sens « sociétales »,l’illusion ne pouvant se dissiper que plus lentement car les conséquences objectives et inévitables sont moins visibles,la flatterie,voire la flagornerie,qui accompagne ces révolutions vis-à-vis de leur bénéficiaires désigés et en réalité victimes,aveuglant encore davantage celles-ci.
Le cas précis de la révolution féminine qui s’est accompagnée comme par hasard d’une autre révolution,sexuelle celle-là, est pourtant un cas d’école!
Quelques chiffres et quelques faits indiscutables apporteront la preuve recherchée mais masquée avec soin quoique publics:
1 depuis 40 ans,date de cette révolution,le nombre de viols en France a augmenté de 400%;en Suède de 1800%;
2 en Espagne,il existe 3 à 400 000 prostituées et 18 millions de clients soit la totalité des hommes en âge;
3 partout,le nombre de femmes battues a explosé ainsi que celles agressées sexuellement de la rue aux transports en commun en passant par le bureau;
4 le nombre de mères seules et sans pensions alimentaires-non payées dans un tiers des cas-ou sans ressources autres,le plus souvent,que celles tirées d’un travail peu qualifié,précaire et aux horaires incomplets et changeants, a explosé lui aussi-un tiers des femmes à Paris sont dans ce cas-d’où la nécessité de créer une prestation sociale nouvelle,l’API-allocation de parent isolé-,ruineuse pour les comptes sociaux et ne permettant à leurs bénéficiaires et leurs enfants que des moyens de survie;
5 d’un point de vue médical,les résultats sont pires encore car parfois mortels:pour les jeunes filles prenant la pilule très jeunes,cancers du sein à 20 ans ou AVC au même âge;stérilité définitive après pilules à long terme ou avortements;traumatismes physiologiques et surtout psychologiques à vie pour les femmes ayant avorté;perte de l’identité sexuelle entraînant un bi-sexualisme ou trans-sexualisme accompagnés de troubles psychiques graves et de comportements sexuels anarchiques;débauche;etc

6 profession:à part une minorité bruyante et déja favorisée sur tous les plans,malgré des diplômes souvent plus élevés que les hommes,une majorité de femmes continuant à travailler dans les mêmes secteurs qu’auparavant-santé,social,éducation,travaux ménagers,emplois de bureau,hôtesses,etc-avec à la clé,

comme toujours sauf exception-les infirmières qui bénéficient du déficit géant de l’assurance maladie-des salaires moins élevés que celui des hommes;
7 promotion: pour les plus « favorisées »,hors exception,pas de parité,une vie personnelle -métiers et travail-ingérable,des injonctions du type,pour les femmes enceintes: »ou tu avortes ou c’est la porte »,derrière la façade du tutoiement,des grossièretés en face-à-face ou par derrière humiliantes,à un certain âge,précoce,le placard ou la porte,etc.
La révolution féminine a abaissé la femme,l’a mise sans défense aux mains des plus forts,les hommes,l’a défiminisée notamment dans son affectivité et sa maternité,l’a déshumanisée pour en faire un robot plus ou moins androgyne et proie sexuelle,a entraîné des pathologies nouvelles,multiples,physiologiques comme morales ou psychologiques,enfin a obtenu pour beaucoup ce que tout dominateur espère de ceux qu’ils dominent,l’approbation intellectuelle à son idéologie trompeuse et l’adhésion à ses « valeurs »,en niant les siennes spécifiques!

Pour conclure ,deux citations:
-Dominique Strauss-Kahn: »je suis en faveur de la polygamie car elle augmente la liberté des femmes »;
Gertrud Von Le Fort dans « la femme éternelle »: »plus une femme est femme, plus elle est sainte »!

Ainsi en va-t-il de toutes les révolutions par erreur intellectuelle de départ sur l’anthropologie,celle, »humaniste »,flatteuse mais trompeuse car faisant de l’homme un Dieu,ce qu’il n’a jamais été,n’est pas et ne sera jamais sauf délire megalomaniaque personnel ou collectif, suicidaire ou criminel avec ,sous nos yeux,le trans-humanisme des promoteurs de la révolution numérique ou le transgénisme de ceux de la révolution eugénique ou l’anthropologie naturelle déiste et spiritualiste débarrassée de son idolâtrie par le judaïsme puis développé et accomplie par le christianisme,notamment par son aile marchante et conservatrice à la fois,le catholicisme,l’orthodoxie restant encore-mais les choses bougent-trop fixée sur ses trésors passés et le protestantisme étant la peste-mère de toutes les hérésies ,dont l’hérésie moderne-A.Dupront-et révolutionnaire dès l’origine!
Paul Claudel: »D’aucun Saint,il n’est dit qu’il était nécessaire;de Luther,il est dit qu’il était nécessaire »;
Charles Péguy: »Le monde moderne est contre tous les mondes ».

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s