Philosophie versus crétinerie

Il y a une soixantaine d’années,Jean François Revel posait la question « Pourquoi des philosophes? ».Passant outre la drôlerie de sa réponse,la question mérite bien d’être posée si l’on parcourt même distraitement n’importe quelle histoire de la philosophie!Quel condensé de crétineries!L’on pourrait appliquer à la quasi-totalité des philosophes la remarque d’Aristote sur un philosophe obscur tombé heureusement   dans l’oubli: »Il a été écrasé par la question qu’il posait ».Du « clinamen » de Démocrite  qui,on ne sait pourquoi,fait que les atomes tombés d’on ne sait où le font de façon oblique sur on ne sait quoi et par hasard de contiguïté s’agrège pour former n’importe quoi-rien que tout l’univers et sa prodigieuse diversité bien ordonnée,au « Fleuve dans lequel l’on ne se baigne qu’une fois  » d’Héraclite-erreur,vous ne nagez pas pas dans la douce Saone mais dans les tourbillons d’un canyon américain , le philosophe éléate qui nie l’existence du mouvement et que son contradicteur qui se met à marcher ne convainc pas du tout de son ânerie,les nombres qui sont des Dieux pour les néo-et primo- pythagoriciens,les « idées » quasi-divines de Platon,l’Un qui précède l’être de Plotin,

« Le sage qui est heureux même dans le taureau de Phalaris » des stoïciens-un taureau en bronze dont le métal est chauffé à blanc et où le condamné qui y est introduit cuit à toute allure-phrase qui mettait Léon Chestov en fureur à juste titre tant elle est inepte,le « Suave mari magno » de Lucrèce,épicurien qui se suicide et préfigure la crétinerie de Marx affirmant que la pensée « est  comme l’écume sur la mer »,un philosophe latin obscur qui avait calcule qu’il y avait plus de deux cents systèmes philosophiques possibles-peu importe le chiffre exact tant cette estimation précise-« More geometrico » du réparateur de  de lunettes,toujours Spinoza, qui,décidemment,est sacrément myope car il n’est capable que de voir partout que des carrés,des rectangles,des triangles,des cercles qui se mordent la queue dans la profusion de beautés du monde,  est stupide-,le nominalisme d’Occam qui affirme que toute chose n’est qu’un nom et pas un être réel,les deux Bacon qui assurent avoir inventé la vraie science -expérimentale-et qui ne s’intéressent qu’à l’alchimie et à l’astrologie,deux des sciences les plus imbéciles jamais imaginées, »L’animal-machine  » de Descartes qui donne un coup de pied à son chien et dit: « Ca ne sent pas », »la monade sans portes ni fenêtres » sur le monde extérieur de Leibnitz-tout être-, »le sive Deus sive natura » de Spinoza qui lui vaut-bien fait pour cette sottise-l’excommunication de la Synagogue d’Amsterdam-soit l’un soit l’autre,sacré nom d’un chien-, »les aporiess »  de Kant,des contradictions indécidables qu’Aristote avait résolues une vingtaine de siècles auparavant-celui-là il les accumule en bon prussien protestant borné de « l’Aufklarüng »-les « lumières » allemandes-, tellement obscures que le même bonhomme assène que la raison ou l’intelligence humaine ne peut   connaître que la chose pour soi-subjectivement-et non la chose en soi-objectivevement- dans les miliers de pages de ses trois critiques-venimeux,le type-et on en fait le père  du rationalisme-un  beau-père acariâtre plutôt -alors que pour lui cette raison est une prison qui nous coupe du monde rée en lui plaquant dessus ses  a priori (et cette paire de baffes,elle est objective ou subjective puisque tu chouine)-une étrange déesse dira la révolution française qui s’est tant crevé les yeux elle-même que le « toc » de la Sainte guillotine »-un tueur du temps-crève radicalement en coupant les têtes sur lesquelles ils sont « par hasard »-Darwin- installés et,hasard encore plus grandiose,voient plus de deus cents nuance de bleu-« les cinquantes nuances » du sado-masochiste milliardaire Grey sont battues à plate-couture- des lissiers de tapisserie- , »l’Esprit absolu » d’ Hegel, réalisé par l’Etat prussien toujours-bien vu-en réalité par lui Hegel bien sûr, »L’éternel retour du même » de Nietzsche »-« nihil novi sub sole » du désabusé Quoelet plus de 2 000 ans auparavant ou plagiat de « l’amor fati » des stoîciens 1800 ans avant,la « dialectique » du même Hegel grâce à laquelle l’esprit absolu fait miraculeusement la synthèse de toutes les thèses et antithèses, « remise sur ses pieds »-elle marchait en effet sur la tête,mais passons,entre deux connards ,inutile de choisir-par Marx qui donne à la matière toutes les caractéristiques de l’esprit-facile alors d’être matérialiste-résultat 100 à 150 millions de morts et l’idéalisme le plus débridé jamais vu, »l’idealisme transcendental » d’Husserl auquel personne n’a jamais rien compris-ni lui-même puisqu’il dit à la fin de sa vie: »je me suis trompé mais je n’ai pas le courage de recommencer »-seule Edith Stein faisant exception-mais c’était une Sainte,pleine de miséricorde pour son vieux maître-, »La philosophie du radicalisme » d’Alain ou celle des abrutis totaux,anti-cléricaux et misogynes obsessionnels-ils refuseront toujours de donner le droit de vote aux femmes-toutes hystériques sans doute (avec de tels maris,on les comprend!) ce que « le général fasciste »-dixit un petit péteux normalien qui refuse pour cela de lui serrer la main- de Gaulle, décida de leur donner en cinq minutes, »l’homme jeté dans le monde » -Sartre-mais  non, Poulou,ta maman ne t’a pas mis dans le vide-ordures-hélas- puisque tu as emmerdé le monde entier pendant 80 ans avec ton Maxiton ou Corydrane-un tube par jour pour te stimuler les neurones et écrire « L’être et le néant »,un médiocre plagiat de « L’être et le temps » d’Heidegger-moqué à son tour de façon irrésistible par Raymond Queneau « l’et et le non-et » dans

« Le chiendent » ou autre roman ,hilarants au moins- qu’il n’a pas lu suivant sa maxime préférée « Tout livre entré dans cette bibliothèque est considéré comme lu »-puis la carbure au whisky quand il fut plein aux as, »Pour une morale de l’ambiguïté » de sa chère Simone-« mais quand donc pourrais-je dire « Enfin morte »  » et réciproquement-,en effet bi-sexuelle,le « Pour Marx » d’Althusser qui étrangle ensuite sa femme-la « catastrophe » dira-il- plus tard (en effet c’est peu galant) et « sa coupure épistémologique » chez Marx-le pire est qu’il y a un peu de vrai-qui lui valut de Raymond Aron,toujours sceptique et drôle quand il ne se prend pas trop au sérieux, « D’une Sainte famille à l’autre »,Deleuze et son pote Guattari -un peu suspect,ce couple?-,qui se jette par la fenêtre quand il apprend qu’il a un cancer-mourir dans l’indignité sans doute-,anti-tout et anti-rien,pro-tout et pro-rien,allez savoir,-Nietzsche,Bergrson,Freud,Marx Foucault-,ce dernier « prophète de la mort de l’ homme »-« savoir que le prophète de la mort de l’homme est homosexuel,ce n’est rien mais ça fait du bien » (Louis Pauwels émergé des brumes  méphitiques du Belzébuth gurdjiffien),           le « déconstructeur » Derrida-un million d’euros au lecteur qui a terminé sa « Grammatologie » sans s’endormir à la page 10 et il y en a au moins 500-,stalinien bon teint,le duo Luc Ferry,le descendant du crétin en chef et qui invente une nouvelle révolution par an et Comte- Sponville,qui « philosophent pour sauver leur peau »- sales égoïstes peureux-notez avec « Du désespoir à la béatitude »,ils en ont bien besoin,bref, « pourquoi des philosophes » et surtout pourquoi autant de crétins vaniteux bouffonesques?A cause de « L’oubli de l’être »-bien vu Heidegger mais inutile quand même d’être un temps national-socialiste pour retrouver l’être!

« Belluaires et porchers » écrivait Léon Bloy à propos des pontifes littéraires de son temps-Anatole et  les autres-,pourquoi ne pas en dire autant de ces philosophes à la godille?

Le choix est au fond simple:solipsisme-c’est mon esprit qui crée le monde extérieur-,l’idéalisme porté à ses sommets hymalayesques- ou le réalisme de la philosophie de l’être-c’est le monde extérieur qui s’imprime comme un cachet sur une cire vierge par le biais de mes cinq sens sur mon intellect patient-en très résumé- et la toute la suite,magnifique de clarté mais pas facile : »hic jacet lepus »:si en plus de philosopher en rêvassant,il faut se fatiguer un peu,-zut alors!-  d’Aristote à Saint Thomas d’Aquin et leurs disciples passés ,présents et,espérons-le,futurs!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s