La justice n’est pas un troisième pouvoir mais une autorité

De Gaulle dixit;il ajouta,peu remarqué,en langage traditionnel,tout pouvoir vient du Souverain qui le délègue et peut le retirer à sa guise et sans aucun recours national ou trans-national,la souveraineté par définition ne se divisant pas:Souverain,Suzerain,Peuple.Le Souverain tient la Main de Justice et se soumet à l’Eglise qui l’oint et le sacre;pas de droit divin donc au sens strict,l’Eglise dans des cas exceptionnels pouvant désigner le Souverain sur demande du Peuple ou de ses suzerains:ainsi le passage entre Mérovingiens et Carolingiens;le Pape de l’époque,respectueusement informé et interrogé par ces derniers répond: »il vaut mieux que celui qui exerce effectivement le pouvoir-de facto-l’exerce- de jure;pragmatisme quad il le faut ou plutôt réalisme.

Le Souverain ou Roi prend ses décisions quel que soit le sujet « en son conseil »-jamais seul.Chaque matin, après la Messe,          et suivant les jour de la semaine ,le Roi tient un conseil dans un domaine particulier,les membres du conseil changeant avec tantôt les mêmes,tantôt d’autres conseillers;toujours présent lui;le Chancelier et Garde de sceaux en charge de la justice,la fin première du pouvoir étant la justice en général, distributive,commutative ensuite.

Les Parlements dans les régions où ils sont traditionnels et donc pas partout-Bretagne,Provence,Paris,le plus grand mais sans autorité sur les autres mais le Roi ayant toujours sa  capitale là depuis Clovis et exception faite-temporaire-avec les Carolingiens,ses édits et autres actes sont enregistrés par le Parlement de Paris.

Les Parlements ont pour premier rôle cet enregistrement;ils ont un Droit de remontrance;en cas de refus d’enregistrement persistant,le Roi convoque un Lit de Justice et impose aux parlementaires à genoux l’enregistrement;en cas de difficultés graves,le Roi convoque les Etats généraux qui sr réunissent par ordre:le premier,le Clergé-ceux qui prient;le second la Noblesse-ceux qui combattent;le troisième,leTiers-Etat-ceux qui travaillent;chaque ordre vote après débat séparément la demande royale exceptionnelle,le plus souvent des impôts exceptionnels pour faire face à des dépenses exceptionnelles;l’accord se fait toujours puis le Roi clôt les Etats généraux.

Pour la justice particulière exceptionnelle,le Roi en son conseil,examine les demandes et envoie une lettre de cachet,co-signe par le Chancelier,le plus souvent pour régler des problèmes familiaux que  la justice ordinaire n’a pu réglé ou pour assurer la discrétion.Cet acte étant gratuit,sans avocat,est accessible à tous donc aux pauvres.

Philippe Auguste,mourant dit à son héritier encre mineur,le futur Saint Louis: »Protégez les pauvres et ils vous protègeront »,les pauvres ne pouvant être protégés que par une personne incarnée et souveraine et non par des juges plus ou moins anonymes et aux yeux bandés avec une balance fluctuante  au gré des passions et intérêts du moment.Contrairement à ce que dira plus tard Benjamin Constant,l’inconstant: »Le Roi est neutre »-non,le Roi parce que très chrétien est pour les pauvres.ouis XIV à ses courtisans qui se moquent des vilains: »N’oubliez pas que ce sont eux qui nous nourrissent ».Souvent, les Rois de France sur leur lit de mort ont annulé des impôts qu’ils avaient du décider.

Ainsi alla 1200 ans la justice ,entre autres,dans « La Grande Nation »-admirée,jalousée,attaquée,imitée dans toute l’Europe.

.

.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s