Israël-Palestine vu par les poètes

D’abord ,il faut distinguer:

1Israël:

a Les Tel Aviv:Dans une ville moderne et américanisée à outrance d ‘où les succès dans l’ économie numérique,des robots ,conscients de l’être et déracinés de tout,avec de vagues réminiscences et des criaillements,comme un robot qui se grippe,partisans,comme il se doit de la culture de mort et prêts à tout et à rien;politiquement,Netanyahu,pas du tout israëlien mais juif américain , athée, envoyé en se service commandé par ses maîtres,renâclant parfois,toujours fourré aux états-désunis où ils cherchent n’importe où des appuis et les trouve-le Congrès debout récemment-prêt à tout, »bombarder et puis on verra »,la Syrie,surtout si possible l’Iran,allié à ses pires adversaires,à l’intérieur-juifs ultra-orthodoxes- comme à l’extérieur,l’Arabie saoudite notamment,est un bon symbole, »le juif errant » arrivé au néant,un danger mortel pour le monde entier-et une poésie insignifiante;

b Les Jérusalem:se souvenant de tout,leurs lointains ancêtres,le pays qu’ils ont fui,sa culture,sa langue,tâchant de redevenir de vrais paysans attachés à des terres à la propriété incertaine-pas les kibboutzim,artificiels,ayant abandonné leur kibboutz marxisants ou en en faisant des avant-garde guerrière,sans foi ni loi-incertains dans leur nouvelle patrie,leur nouvelle langue,tantôt guerriers,tantôt pacifiques,aux déchirements vraiment déchirants et à la poésie pleine de mille références à des passés lointains,récents ou immédiats,à prendre en compte donc;

2  Palestine:

Les anciens Phillistins-d’où leur appellation approximative-partout chassés,battus,soumis,exilés de tout,revenus tant bien que mal pour certains,à la poésie  poignante mais incapable de déboucher sur une politique,dont un bon représentant est Mammoud Darwich,pacifiste mais mort trop jeune et son cri de haine après la défaite des six jours.

Conclusion:

1-Seuls les européens et notamment la France et surtout pas les états désunis,pour lesquels ils ne sont que des objets jetables quand inutiles à leurs projets confus,peuvent les comprendre tous les deux et les aider,avec l’aide de monarchies traditionnelles aussi comme le Maroc,la Jordanie et certains tyrans modérés comme en Egypte;

2-Seul un rapprochement entre des traditionnels,au fond au même destin,des deux camps,peut s’avérer fécond.Quant aux modernes des deux camps,rarissimes chez les palestiniens,ils n’existent pas et ne comptent pas sinon pour tout exacerber ou réduire à néant.Leur foi étant brisée,en mille morceaux,reniée ou syncrétiste,la charité presqu’impossible vu une guerre sans fin,seule l’espérance leur reste mais sans objet,ce Souverain,ce Prince,ce Roi de la Paix,qui ne peut être,malgré leur croyance,la poésie,car sans lui,on ne peut rien faire.Or,le poésie c’est faire-poein,en grec ancien-mais que faire et qui suis-je sans ce Souverain,ce Prince,ce Roi?

Seuls les chrétiens- et surtout les catholiques- ont la réponse,comme ces deux religieuses palestiniennes qui viennent d’être canonisées mais du côté israëlien,on ne voit rien venir de tel,tout au moins de façon visible.

Bénédiction,donc,sur cet invisible qui doit bien exister mais qu’il cesse de se cacher!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s