Le combat avec l’Ange-Malraux

Peu de commentateurs,biographes,connaisseurs de Malraux,si tant est qu’il y en ait à sa hauteur qui n’est pas petite,malgré ses fluctuations, ont remarque que celui-ci a donné ce titre général pour coiffer une de ses trilogies consacrées à l’art,la seule exception notable étant celle de son ami puis collaborateur  Gaëtant Picon mais dans un ouvrage trop précoce pour envisager le personnage dans sa continuité et développement dans le temps.
Et pourtant!Homme moderne et donc homme double-Aragon dixit-il a tout fait pour subsumer cette condition imposée par les circonstance.Ainsi longtemps il crut trouver dans l’art de toute époque et espace un ersatz de religion,d’une part,chose assez banale,mais aussi dans son interrogation permanente des religions,en apparence orientale,en réalité le catholicisme malgré un relatif silence à ce sujet,peut-être tributaire de sa fracassante et stupide déclaration de jeunesse: »Je sais qu’il existe partout un symbole;je ne l’accepterai jamais ».

Il convient donc d’envisager ce double aspect de son combat avec l’Ange,par le forme déformante de l’art mais aussi par la réalité prise à bras-le- corps: »J’ai épousé la France »-pour justifier son entrée dans la résistance un peu tardive et sa fidélité sans faille à de Gaulle,puis « Il est temps que les intellectuels deviennent responsables »,réalité extérieure mais aussi intérieure d’un homme qui « ne s’intéressait pas à lui-même », »qui ne s’aimait pas  » et se refusait de parler « de ses misérables tas de petits secrets »; »Que m’importe ce qui n’importe qu’à moi »-d’où son refus radical du suicide,malgré un lourd poids du passé: »On n’a pas le droit de se suicider lorsque l’on pense à tous ces pauvres gens » et il tint parole malgré la suite terrifiante des drames qu’il dut affronter,du premier à 20 ans et à peine marié quand sa première femme le trompe avec un crétin lors de leurs nombreux voyages assez douteux quant à leu but en extrême orient pour lesquels il fut d’ailleurs condamné par la justice mais finalement « amnistié »,le horde de ses vrais amis dont Mauriac mais aussi de ces faux puisqu’il faisait partie de la nouvelle Sainte Famille.Il pleura tandis que la crétine affirma ensuite « J’ai bien le droit ».

Exécution de son frère par les allemands,entré plus tôt dans la résistance et mieux connu de la Gesiapo.

Ecrasement par un train de l’humble Josette Clotis aux yeux bleus naïfs qui lui avaient donné deux enfants « Le bruit des sabots de mes fils »,avec le temps d’un très rapide aller-retour ,pour ses funérailles de son maquis Alsace-Lorraine dont il était le chef,funérailles et retour au maquis.
Mort dans un accident d’automobiles de ses deux fils.

Plus personnel encore son incapacité-de lui,d’elles-d’avoir des rapports apaisés avec les femmes ,que ce soit avec Josette Clotis,morte trop tôt, pour cela, ou avec sa seconde femme,le veuve de son frère fusillé,pianiste de talent;encore active à plus de 90 ans,Madeleine Malraux: »C’est à cause de vous que je bois »-« Non,Josette Clotis m’avait dit que vous buviez trop de pastis »-divorce.

Un peu de paix ,semble-t-il enfin, avec Louise de Vilmorin,richissime-l’homme n’aimant pas l’argent mais certainement le luxe ou plus exactement la beauté qu’il trouva à foison à Verrières,splendide propriété de Louis de Vilmorin,héritière des grainetiers et semenciers,qui disait d’elle-même  « Je suis infidèle ».
Après sa mort assez précoce,Malraux reste à Verrières en compagnie ,sans doute platonique, avec le fille de Louise jusqu’à sa mort,l’âge accroissant ses diverses pathologies nerveuses.objectives et ni dues à la drogue à laquelle s’adonna toute sa vie,sa première femme Clara Goldsmidt de son vrai nome de jeune fille mais assez habile pour convaincre le généreux Malraux de garder ce nom sans lesquels ses interminables mémoires,bourrés de mensonges notamment sur lui ils seraient sans doute restés dans une ombre bien méritée tant ils sont conventionnels,ni directement tou tau moins,à une consommation d’alcool excessive.

Pourtant dans ses « Antimémoires »-titre sans doute imposé par le très habile Gaston Gallimard car à la mode alors qu’ils n’ont strictement rien à voir avec celle-ci,un éclair discret mais fulgurant « Et toi,douceur,dont on se demande ce que tu viens faire dans le monde ».

Et voici l’homme double dans son plus grand combat avec l’Ange,celui qui accueille d’un sourire le visiteur de la Cathédrale de Strasbourg ou autre,peu importe,en un mot « celui que tout me monde appelle Dieu-« Saint Thomas d’Aquin placide.

Si l’on passe outre à une déclaration de jeunesse trop dans l’esprit du temps,Dieu-ou les Dieux: »La métamorphoses des  Dieux »-peut-être par timidité ou plutôt pudeur et humilité,partout présent en filigranes dans toute l’oeuvre.

Sur ce point capital,nous disposons du livre de l’aumônier du maquis Alsace-Lorraine,le Père Bockel « Le rire de Sarah »-plein de discussions entre les deux hommes sur cette question,mais discrètes et surtout, avant que le naufrage de la vieillesse ne l’atteigne: »Je tombe et ne peux me relever et quand les passant l’ont fait,je suis couvert de bleus » avec son son sourire juvénile,la fin d’un discours devant d’anciens maquisards « Mes compagnons d’hier qui seront peut-être les compagnons éternels ».

Peut-être?Aux derniers jours,la mort en face,diminué physiquement « Quelle épouvantable corvée » mais pas intellectuellement,est-il enfin sorti de sa question?Dieu seul le sait,sauf peut-être des témoins discrets comme Madeleine Malraux qui se présenta devant son corps sans vie en disant « Je suis Madame André Malraux » mais rien n’a filtré et surtout pas au discours de Raymond Barre pour ses Obsèques Nationales,avec un chat égyptien ancien placé au centre de l’espace vide entre l’orateur et le public rare,Giscard dont il avait dit: »Que pensez vous de Giscard »-« Rien » s’abstenant prudemment,tissé de citations de Malraux mises sans ordre par une plume studieuse et « Silence sur l’essentiel »-Jean Guitton,philosophe catholique d’un autre bord car pétainiste

Délivrance aux âmes captives »-Paul Claudel et « Paix à son âme »..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s