LE MOI EST HAISSABLE

« Qui me délivrera de ce corps de mort? ».Aurions-nous  deux corps,l’un périssable et poussière retournant à la poussière d’où il est né,l’autre ressuscitant pour un avenir de béatitude ou de remords éternels-comme le Roi  qui a deux corps »-Kantorowicz- connaissant le même sort    dans un autre ordre, jusqu’ à un certain point car  » le Roi ne meurt jamais »,il est oint et sacré pour être la forme en acte qui donne sa substance,sa nature,sa vie à son peuple qui est matière en puissance.Ainsi toute offense au Roi est un sacrilège susceptible de la peine capitale.

Jamais de la vie ,même si nous aussi nous sommes Rois mais Rois de nos douleurs car Rois pécheurs que  seul un Roi peut guérir,sauver ou damner et sans lequel  ,le peuple que nous sommes  se décompose ,alors qu’ il est mort pour porter le pêchés de son peuple puis est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures.

Les Rois sont alors devenus des Lieutenants de Dieu mai dans leur ordre.

Il en va ainsi en démocratie où le peuple est Roi,a droit de vie et de mort mais sur qui?Sur personne car c’est impossible ou il devient une tyrannie tandis que le Roi reste aussi un homme d’où ses deux corps dont son corps,le peuple dont il est la forme.Ainsi quand le Roi est tué,c’est le peuple qui se tue car il devient un corps sans  tête,une puissance sans forme comme l’a bien vu un instant Renan après la surprenante défaite d’un Usurpateur en 1871 en France, et  aussi accessible à la miséricorde comme l’est son propre Roi ,avec son droit de grâce et son serment de mourir pour son peuple s’il le faut.Un Roi qui maltraite son peuple se tue aussi lui-même.

Il en est ainsi dans l’absolu mais le politique et donc le Roi n’est pas l’absolu mais a vocation,entre autres,de donner aux membres de son Royaume,ses sujets, d’accéder à l’absolu en le gouvernant avec sagesse et justice car « Qu’est-ce qu’un royaume sans la justice sinon un repaire de brigands et qu’est-ce qu’un repaire de brigands sinon un Royaume sans la justice »-Saint Augustin- et les démocraties finissent toujours par

être un repaire de brigands car nul ne peut se faire justice à lui-même.

Néanmoins,le Roi pouvant toujours lui aussi devenir un brigand et un tyran,le meilleur régime politique est le régime dit « mixte »,qui compose harmonieusement et hiérarchiquement les trois éternels principes du politique et donc du pouvoir,la monarchie,en charge de la Justice en général -d’où la Main de Justice des Rois de France qui peut châtier mais aussi faire grâce ou miséricorde-l’aristocratie ,en charge de la justice distributive et la démocratie ,en charge de la liberté qui est la justice personnelle ou des personnes,physiques ou morales.

Quand cet engrenage ou montage est atteint dans un ou plusieurs, voire tous ces principes,la tyrannie,toujours éphémère, remplace la monarchie puis tout se décompose peu -à-peu et tombe en ruines.

« Si la France ne revient  pas aux principes de Saint Louis,elle court à sa ruine »-Léon XIII,metteur en forme de la doctrine sociale de l’Eglise et restaurateur du thomisme.

Sur la terre comme au Ciel,Un est trois et trois sont  Un car unis par l’amour mais chacun dans son ordre.

Alors le petit troupeau trouver les verts pâturages,sa  juste nourriture   et  son repos car sinon c’est la guerre sans fin,dans le peuple et entre les peuples et leurs tyrans respectifs car les hommes préfèreront toujours l’ordre au désordre qui est la suprême injustice,un corps de mort.

Le moi est haïssable chez tous,tout le temps et partout.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s