Libéralisme versus socialisme

Libéraux et socialistes sont tous des révolutionnaires et des hommes doubles.Tantôt ils sont plutôt libéraux,tantôt plutôt socialistes,selon leurs intérêts et leur trouille.Ils se déchirent d’abord et s’entendent comme larrons en foire ensuite et se déchirent à nouveau et tout cela pour rien si ce n’est ruiner leur pays spirituellement,intellectuellement,moralement,affectivement,esthétiquement,politiquement,économiquement,voulant  :voulant « faire du passé table rase » et incapables de construire quoi que ce soit de durable,ils alternent au pouvoir et cela sans fin et jusqu’à épuisement de leur pays en tirant des traites sur un avenir imaginaire,un eldorado de pacotille,le bonheur des médiocres,  car ils n’ont aucune fin si ce n’est avoir le pouvoir sous ses différentes formes:sexe, argent et,à la fin des fins,culture de mort.

Les pays du paradis scandinaves forment ainsi le quatuor de tête des violences faites aux femmes-viols et autres preuves d’égalité-ainsi que du bonheur et des anxiolytiques,le petit Danemark caracolant en tête.

Libéraux et socialistes sont des toxicomanes vivant dans leur petit nuage rose-jusqu’à la descente finale:plutôt mourir que guérir.

Révoltés contre la réalité,ils prétendent la changer,ne la voient pas,vivent dans l’illusion-lyrique ou raplapla-hésitent entre la violence et l’apathie,la foi et la raison,l’intelligence et le coeur.

Ils ont adopté la metaphysique du mal,du non-être,de la contradiction,de l’agnosticisme,en fin de compte, du nihilisme.

La révolte contre la réalité est la révolte contre l’Etre-ce que tout le monde-même eux-appellent Dieu.

Ils sont fascinés,hypnotisés,paralysés par leur adversaire,comme les serpents par la petite mangouste.

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur leur tête ?

« Le temps est hors de ces gonds ».

« Il y a quelque chose de pourri dans le Royaume du Danemark ».

Eternels adolescents,ils sont des Hamlet: »Etre ou ne pas être »,des hommes doubles.

Ils croient au salut par le métissage,l’homme multiple,le multi-tout,le multi-rien.

D’abord haïs,ils sont ensuite méprisés et traités comme des chiens enragés par ceux qu’ils appellent des barbares auxquels ils ont grand ouvert les portes,par tolérance,apathie,fascination,réservant leur reste de force et de violence aux leurs.

Ils sont toujours surpris: »Je n’avais pas voulu cela », »Pourquoi suis-je tombé si -bas? ».

Ils croient l’emporter finalement,en inoculant leur venin-à coup de bombes s’il le faut.

Ils ont oublié que certains veulent persévérer dans l’être à tout prix-quitte à mourir et tuer tout ce qui bouge encore.

Ils ont vendu leur âme pour un plat de lentilles pourries,s’étonnent-et s’indignent-que d’autres affirment en avoir une.

Ils sont révolutionnaires,donc nihilistes,et sur leur table rase,d’autres viendront s’installer pour un banquet imaginaire aussi.

L’Etre leur avait été donné et ils se sont révoltés contre ce don.

Ce sont des sépulcres blanchis sur les tombes desquels d’autres marchent sans le savoir.

« Rien n’est jamais acquis à l’homme ».

« Le combat spirituel est plus dur que la lutte d’homme ».

Les déserteurs n’ont pas d’avenir ni de passé ni de présent.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s