« Tout est perdu fors l’honneur »

Ces mots figurent dans une lettre que François I écrivit à sa mère après le désastre de Pavie et résume bien l’histoire de la France.
Ainsi,Saint Louis rendit au Roi d’Angleterre, qui était d’ailleurs d’origine française d’où le nom de sa dynastie qui sonne bien français « Les Plantagenêts », les terres qui lui appartenaient par droit féodal de succession en expliquant à ses proches désorientés: »Maintenant il est mon homme ».

Certes, cette loyauté fut une des causes-pas la seule-de le guerre de cent ans plus tard mais la France après deux périodes de désastres en sortit une première fois victorieuse avec Charles V et Duguesclin,et,la seconde fois décisivement,avec Charles VII et Jeanne d’Arc.Ainsi la candeur,la loyauté et la pureté des trois lys de France avaient triomphé des léopards anglais,deux emblèmes définissant l’âme de deux peuples.

Plus tard, le lamentable Condensat de Montesquieu préféra la vertu,fondement selon lui de la démocratie,à l’honneur,base de la monarchie  et s’ensuivirent les guerres révolutionnaires et napoléoniennes perdues par la France,au prix d’un million de morts français et plus encore d’européens,l’alliance de la bourgeoisie et de la canaille comme l’a bien vu Jean Baechler dans son livre « Le phénomène révolutionnaire » ayant fait,comme toujours, son oeuvre de mort et aboutissant,comme toutes les révolutions  aussi,aux résultats exactement inverses des objectifs proclamés.

Plus tard encore, cette contre-leçon fut entendue un peu partout dans le monde, comme lorsque le Chancelier allemand en 1914 Bethmann-Hollweg déclara que « Les traités ne sont que des chiffons de papier ».S’ensuivit ce que Paul Claudel appela « La guerre de trente ans » et les fleuves de sang qui recouvrirent le monde et ces centaines de millions de morts innocents pour la plupart.

Bernanos et sa morale de l’honneur comme de Gaulle et ses français libres comprirent la leçon,eux dont les émissions sur Radio-Londres commençaient toujours après quelques coups de gong par « Honneur et patrie,les français parlent aux français ».
Churchill,francophile malgré tout, déclara aux anglais après les accords de Munich:’Vous avez préféré le déshonneur à la guerre;vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre »,ce qui fut le cas un an après.

Dans son oraison funèbre pour le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon,Malraux,élevant la voix au dessus d’un vent glacial,termina sa péroraison par un appel à « La jeunesse de mon pays ».

Celui-ci fit rire de petits cyniques jouisseurs pendant deux générations avec les résultats que l’on voit mais ce que deux générations ont fait,d’autres générations peuvent le défaire.

Ecoutez ou réécoutez,vous les vieillards cacochymes de Mai 68, ce discours et retenez la dernière prophétie de ce même Malraux: »Le XXI° siècle sera un siècle de sexe et de sang ».

 

Si vous ne voulez pas qu’il en soit ainsi,retrouvez votre honneur,celui de la France et l’honneur de Dieu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s