Institut des libertés:la pensée magique a pris le pas sur la pensée rationelle

Ajouter aux favoris

On est entré dans une zone de forte incertitude pour les marchés. Elle risque de durer plusieurs mois car la liste des événements susceptibles de perturber les marchés est longue : politique monétaire, conséquences du Brexit, élections à haut risques qui ont un fort potentiel de déstabilisation…

 

 

La politique monétaire des banques centrales est devenue inefficaces puisque nous ne vivons plus avec des prix qui sont fixés par le marché. Au contraire le niveau des taux d’intérêt et les parités de change sont déterminés par les banques centrales. Nous sommes donc entrés dans un monde magique. Tout le monde peut constater que les taux d’intérêt négatifs ne créent pas d’emploi et sont en réalité un impôt sur les pauvres qui ont un peu d’épargne.  En ce qui concerne les retraités, cela provoque assez rapidement la faillite des caisses de retraites et des fonds de pension. « Acceptons l’inflation pour euthanasier les rentiers » disait Keynes. Comme il n’y a plus d’inflation, on arrive au même résultat en maintenant des taux négatifs pendant de longues périodes. Aucun banquier central, aucun homme politique n’a expliqué clairement comment on pouvait sortir de cette situation. On reste dans une pensée magique incantatoire extraordinairement dangereuse…

 

En Grande Bretagne, le Brexit déstabilise la finance et les services financiers.

La moitié de l’excédent commercial britannique provient des services financiers : 78% des opérations de change sont réalisées à Londres, 74% des contrats sur dérivés de taux, 59% des primes d’assurance encaissées, 85% des capitaux gérés par les hedge funds et 64% des fonds gérés par des sociétés de private equity.  Ce n’est donc pas un hasard si la City a voté à 60% pour rester dans l’Europe.

La Livre Sterling  a perdu 15 % contre l’Euro depuis le référendum. Elle est maintenant sous évaluée, ce qui favorise bien sûr les sociétés anglaises exportatrices mais handicape beaucoup les sociétés étrangères qui avaient construit leur base industrielle en Angleterre pour exporter leur production sur le continent européen. C’est notamment le cas pour l’industrie automobile.

 

Une série d’élections à très haut risque est devant nous

 

Aux Etats Unis, les élections auront lieu début novembre. Pour le moment les sondages anticipent une victoire d’Hillary Clinton, ce qui serait conforme aux souhaits des milieux d’affaires et des médias européens. Le rejet des élites est tellement fort, aux Etats Unis comme ailleurs, que tout semble encore possible. Quel que soit le prochain locataire de la Maison Blanche, le Pentagone incitera le prochain président à revoir le dispositif militaire américain soit en Asie face à la Chine, soit en Europe face à Poutine.

Ce sera la fin de la Pax Americana. L’Amérique ne veut plus défendre « gratuitement » ses alliés.

La situation du dollar reste comme toujours très difficile à anticiper. L’histoire nous a appris à de nombreuses reprises que le billet vert constituait dans les périodes troublées un actif refuge particulièrement apprécié.

 

En Italie, le référendum constitutionnel aura lieu début décembre. Comme d’habitude les électeurs ne répondront pas à la question qu’on leur pose. Il reprochent en effet aux autorités européennes  de laisser arriver 6000 migrants en une seule journée sans rien faire. Cela devrait se traduire par la victoire du « Mouvement Cinq Etoiles » dont les dirigeants souhaitent sortir de l’Euro. Le risque d’éclatement de l’Euro est donc beaucoup plus fort qu’il y a cinq ans au moment où les créances douteuses des banques italiennes représentent encore 16,1% de leur bilan. Cette éventualité devrait faire beaucoup réfléchir toutes les institutions qui possèdent des obligations émises par l’Etat italien…

 

En Hollande, les prochaines élections auront lieu en mars 2017. Si Geert Wilders, le dirigeant du Parti pour la Liberté gagne, ce qui est probable, il pourrait décider d’organiser un référendum sur la sortie de l’Europe de son pays. Le député d’extrême-droite souhaite que son pays ait sa « propre monnaie » et sa « propre politique d’immigration ». La encore on a du mal à imaginer la survie de l’Euro tel que nous le connaissons…

 

En France, les élections auront lieu au mois d’avril 2017. Si le bilan du quinquennat de François Hollande sera extraordinairement médiocre, on a le droit d’être inquiet sur les programmes économiques des candidats de la droite. Dans un monde en pleine «ubérisation», le statut du salarié permanent est menacé, les outils de production de biens et de services sont déstabilisés, le droit de propriété n’est plus au centre des préoccupations du consommateur, la puissance de l’Etat est remise en cause en permanence. En matière de travail, peu d’idées circulent pour modifier un droit social totalement désuet. Pour la propriété, les nouveaux modèles de consommation obligent les grands acteurs de l’économie à créer de nouveaux produits et services ce qui est pratiquement impossible dans l’environnement réglementaire actuel. En matière de concurrence la disparition des barrières à l’entrée sur le marché obligent à se poser la question sur la concurrence et surtout d’y apporter des réponses. L’Etat est totalement dépassé par la flexibilité des géants d’internet, leurs ruses comptables et leurs optimisations fiscales demandent là aussi des réponses. Concernant les modes de production  il faut que les hommes politiques comprennent qu’il est temps de remettre en cause le cercle vertueux du fordisme. Enfin, en matière de capital il faut prendre en compte le fait que ce ne sont plus les actifs physiques qui comptent, mais les bases de données d’utilisateurs et les algorithmes développés qui permettent de les exploiter.

Les amendes pénales imposées à des sociétés française émanant du Département de la Justice ainsi que les amendes imposées par la Securities Exchange Commission ont concerné en 2010 Alcatel (137 M$), Technip (338M$) ; en 2013 Total (398M$) ; en 2014 Alstom (772M$). C’est une situation totalement inacceptable sur laquelle on entend très peu la classe politique.

 

En Allemagne, les élections auront lieu en Septembre 2017. Le problème de la Deutsche Bank devra être traité, ce qui sera très compliqué dans un environnement où

les plans de suppression de postes annoncés par les banques européennes sont impressionnants : 9600 personnes pour la Commerzbank, 7000 pour ING, 3000 pour Lloyds Bank, 3000 pour Banco Popular, 2000 pour le Crédit Suisse, 2000 pour BBVA, 1800 pour Banco Popolare. Au total cela concerne plus de 30 000 emplois.

 

Tous ces éléments qui ne sont pas particulièrement enthousiasmants doivent inciter l’investisseur à détenir le moins possible d’obligations d’Etat et de privilégier les actions, surtout en Asie.  Elles seront au cours des prochains mois la classe d’actif la plus volatile mais dans la durée la moins risquée…

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s