Macron, »l’extase matérielle », »Les machines désirantes » et l’abdication spirituelle

« Le monde moderne est une conspiration contre la vie intérieure »-Bernanos,auteur prophétique de « La France contre les robots »-1945.
Un crétin cartésien tombe en extase lorsque son maître « Celui qui s’avance masqué » lui a fait comprendre-il est un peu lourdingue de la cervelle- que le monde extérieur dont les animaux ne sont que des machines mécaniques dont  lui et son « cogito » pourront ainsi se rendre « comme maître et possesseur »:effleurez la touche 1 ou 0:la machine à sous devient une corne d’abondance et crache le pèze-et,s’il le faut,le sang:Merchant adventurers anglais,gueux de la mer hollandais ont des canons sur leur proue pour s’emparer des galions espagnols bourrés d’or et d’argent; ceux-ci   réussissent et vouent à la mort éternelle les Riens qu’ils ont assassinés-prédestination protestante.
Le parlementaire frustré de Bordeaux,haut lieu du commerce triangulaire,autrement dit traite des nègres, adoube comme on le faisait naguère d d’un preux « Le doux commerce » et fait entrer par avance le Commandant Perry,américain,qui menace de bombarder la côte japonaise si ses habitants refusent d’ouvrir leur porte à ce nouveau Dieu, au Panthéon de la canaille mercantile.

« L’honneur peut-il remplacer un bras coupé  » se demandait déjà Falstaff:non mais le flouse le peut car il suffit  de réclamer une greffe grâce au don d’organe.

 

Des intellectuels,comme toujours serviles  sous leurs habits rouges,Deleuze et Guattari,les Castor et Pollux suicidaires-le premier- de L’Anti-Oedipe,qui d’ailleurs y sont revenus,affirment  que l’homme,plus qu’une simple machine, est « une machine désirante »:désirant quoi:libre service où « Tout est à vendre »-Dorgélès:petits garçons pour Frédéric Mitterrand,pauvres femmes misérables prêtes  louer à leur leur utérus pour une GPA destinée  à donner une progéniture à des tapettes,débris d’embryon avec les organes encore sains d’enfants avortés mis en vente par le Planning familial américain, ménades,euménides,harpies,furies,errynies:ces gorgones s’en emparent pour les vendre à des vieillards cacochymes obèses de pognon  qui demandent « Encore un instant Monsieur le bourreau » avant de réclamer   quand ils ont trop bobo « Le suicide assisté dans l’indignité »-gratis pro Deo lui.

« Devenez milliardaires » et « Jouissez sans entraves »:la chair fraîche-ou la vieille peau  un peu squameuse comme celle d’une femelle crocodile hors d’âge et  aux larmes incessantes-ne coûte pas  cher et rapporte gros,une montée au septième ciel pour des picaillons.

 

A tout ce que l’on peut objecter à ces infamies,les réponses sont toujours les mêmes: »L’honneur ne rend pas un bras », »Le bonheur est une idée neuve »  et  « L’Argent est partout »:il est « Le sang du pauvre »-Léon Bloy-et du richard.

 

Mais tout cela est du plus haut comique:ces ignares crasses ne savent même pas que le capitalisme,le commerce,la banque,le crédit,la monnaie,le marché,etc,ont toujours existé soit de façon informelle,soit plus ou moins formelle:Mésopotamie,Egypte,Phénicie,Grèce,Carthage,Rome,les foires de Champagne et d’ailleurs,les cités italiennes du Moyen-Age et même en  Inde,Chine,chez les Aztèques,Incas,Patagons et petits hommes verts de Mars.

Le Nouveau Testament des marchands-le livre de compte à partie double-est vieux comme le monde que ce soit sur une écorce,un papyrus,etc.
Pour produire des richesses il faut bien du capital,du travail, de l’échange et aussi du don qu’elles qu’en soient leurs formes mouvantes comme toutes choses en ce bas-monde.

Ces « Révolutionnaires » n’ont jamais fait autre chose que réinventer le fil à couper le beurre,l’oeuf de Colomb et le crime en bande organisée.
Le vice est d’idolâtrer l’un au mépris de l’autre comme le fit naguère le Code civil ou Code Napoléon qui sacralisait la propriété privée redevenue peu ou prou  proche de la conception  de Rome-« Uti et abuti » (un bond en arrière de 2 000 ans)-et défendait aux travailleurs de s’organiser pour se défendre-une confirmation de la loi  Lechapelier-tout en faisant de la femme une incapable majeure, ou,en réaction,de sacraliser le travail comme le firent un peu plus tard  les bolcheviks.

Reste le problème le plus ardu:composer entre justice commutative et justice distributive,question à laquelle les scolastiques du Moyen-Age ont consacré bien des peines et abouti à des conclusions satisfaisantes puisque beaucoup de leurs prescriptions ont été ensuite mises en oeuvre au cours des âge n’en déplaise à nos innovateur,plus ou moins bien,certes, et sous des formes adaptées aux contingences toujours mouvantes,une tâche  toujour à s reprendre à nouveaux frais sans,par paresse et avidité, se laisser à nouveau  aller aux calembredaines idéologiques mortifères comme de nos jours.
En attendant,il ne sert de rien de sacrifier son honneur et de tarir sa vie spirituelle pour une poignée de figues car,tout compte fait,il faut bien choisir son maître Dieu ou Mammon.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s