De l’éternel combat entre le bien et le mal à celui entre la vie et la mort

Sans doute la Vie-le Chemin et la Vérité-est-elle la même chose que le Bien dans laquelle nous avons aussi   le mouvement et l’être,des Universaux.

Certainement ce n’est pas la première fois que ce combat s’engage.

Pourtant il est étonnant que ce soient des minables qui l’aient fait du côté de la mort et que ceux du côté de la vie soient si peu nombreux.

En effet que pèsent sinon leur poids qui est insignifiant ces « encrapulés »-la petite frappe homosexuelle Rimbaud,le Dieu du lumpen prolétariat  « intellectuel » (Voir « Le mythe Rimbaud » d’Etiemble )?

Mais voila,le Grand Satan n’est souvent qu’un minuscule « Diablotin au corps »-l’homosexuel Radiguet:
ménades,euménides,gorgones,harpies,furies,errhynies d’un côté,loques,lopettes,pleutres,gueux de la mer,de la terre et du ciel,forbans,truands,maffieux de l’autre, et du troisième LGTBQI commencent la Danse macabre dans ces « Epoques où il faut être économe de son mépris tant il y a de nécessiteux »-Chateaubriand.
Pour de Gaulle « La seule querelle qui vaille est la querelle de l’homme » et pour le nouveau Dieu-parmi-nous  « La querelle de la disruption du petit téléphone ».
Hébétés,hagards,hallucinés,béats,ébaubis,fascinés,ravis de la crèche,illuminés,amoureux transis,un nouvel Orphée avec sa lyre aux cordes cassées mène ces lemmings au précipice.

« Qu’il est bon d’être enfin ensemble » dans la société de l’ignorance crasse et  de l’incommunicabilité:déjà il y a une quarantaine d’années Bergman bassinait ses spectateurs pendant une heure et demie avec les ébats de  deux crétins à poil et sans sexe bien déterminé dans « Silence et cri ».

Après tout l’homme est un primate,un primaire et son « Cri primal »  inventé par un autre crétin est l’origine de « L’inconscient structuré comme un  langage »-le Père-Sévère Lacan,Jacquot pour les intimes de son « Cabinet des horreurs ».
« Savoir que le prophète de la mort de l’homme est pédéraste,ce n’est rien mais ça fait du bien » écrivait le repenti Pauwels.

« Quarante ans,quarante ans pour apprendre à  connaître la femme » constatait Oscar Venceslas de Lubicz Miloz,l’oncle du prix Nobel:Péguy avait fondé auparavant « Le parti des hommes de quarante ans »  avant de « Mourir dans l’océan des blés » une balle en plein front,pas « Un dormeur du val » déjà à son « Crépuscule des vieux »-Bernanos-mais celui qui tombe « Dans la grande pitié de Dieu » après « Une formidable culbute »-idem.

 

 

VIVEZ,MOURREZ,LA VIE L’EMPOTERA TOUJOURS MEME DANS « LE NAUFRAGE DE LA VIEILLESSE »,PAVILLON HAUT ET DEBOUT SUR LA PROUE

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s