Quand l’énergie spirituelle est remplacée par la force mécanique

Bergson,après un long cheminement,s’apprêtait à se convertir au catholicisme vers la fin des années trente  quand  l’occupation allemande l’ en empêcha pour ne pas trahir les siens-il était d’origine juive-après avoir forgé l’expression  « énergie spirituelle » et appelé à « un supplément d’âme », était poussé par l’angoisse de voir « les forces mécaniques » l’emporter sur la première,tandis que platement et même placidement Valéry qui avait introduit Pétain à l’Académie française se contentait de constater que « les civilisations étaient mortelles » et regrettait que Pascal au lieu de porter « un chiffon de papier » sur la poitrine-son « Mémorial-n’ait pas passé son temps à faire des équations ou à « se penser pensant » comme lui.

Si la philosophie de Bergson mérite d’être critiquée vu son flou et son intuitionnisme excessif-« Lumières et périls du bergsonisme »-Père Sertillanges OP-l’homme qui aimait avancer pas-à-pas,qui avait mis le feu à « La République des lettres » toujours à côté de la plaque, cette fois avec son positivisme et son scientisme, et qui rassemblait à ses cours du Collège de France tous ceux qui étouffaient sous ces horizons abaissés-Claudel,les Maritain,Proust,des femmes du monde,des Princesses,bref tous ceux qui refusaient de mourir,l’homme était d’une profonde loyauté,reconnaissait ses erreurs et « toujours sur le métier remettait son ouvrage »-12 ans entre « L’évolution créatrice » et « Les deux sources ».

Sachant qu’il allait mourir, avec auprès de lui ses deux anges gardiens,sa femme et sa fille,il écrivit au Cardinal-Archevêque de Paris une lettre où il lui demandait si un de ses prêtres pouvait venir le visiter avant sa mort,ce qui,bien sûr,fut fait:secret de la confession ou autre nous n’en savons guère plus sinon cette phrase lancée un jour: »Rien de ce que dit le Christ   de Lui ne me choque ».

Mais « ses forces mécaniques » dont un de Gaulle avait bien prévu qu’elles allaient jouer un rôle décisif dans la guerre que les esprits lucides voyaient venir sur l’horizon proche,n’étaient-elles pas qu’un mauvais ersatz de cette « énergie spirituelle »  qui épuisée ne trouvait plus qu’à se mécaniser et se robotiser?

Comme son fidèle mais rétif  » à l’attelage » Bernanos ainsi

qu’en témoigne « La France cotre les robots »-1945-de Gaulle en était fort conscient et s’il voulait pour cette France qu’il aimait tant-« Le coeur et la raison »-qu’elle oublie « les charmes de la lampe à huile et de la machine à voile »,son inquiétude n’en était pas moins grande  alors que des minus habens comme Giscard, »un politicien au rancart  » Mitterrand et leurs pires des pires successeurs,la trinité maudite Chirac,Sarkozy,Hollande puis la quatrième roue de la charrette Macron chantaient  les mêmes slogans publicitaires un peu ajustés par des marchands de lessive, « le changement dans la continuité », »changer la vie »-« oui la nôtre   » reconnut un de ses affidés-« la fracture sociale », »la rupture », »le changement c’est maintenant », »la révolution disruptive »,seul l’hésitant Pompidou,durci par la maladie qui allait l’emporter,  se demandait comment trancher  « Le noeud gordien »?

 

Hip,hip,hip,hourrah »: »la société de la connaissance » prônée par les analphabètes bêtes de l’UE et autres « Machins »-de Gaulle-va nous sauver « Tous à votre petit téléphone » et cela « marche »-enfin pas trop bien-(voir un article à suivre sur « La plus terrible épidémie mondiale de tous les temps » ).

Passons outre aux outres de vanités:à notre époque de « savoir encyclopédique »,le spécialiste des philosophies médiévales chrétiennes,musulmanes,juives, Alain de Libera -« Modérément moderne » comme son collègue Remi Brague -oppose le savoir encyclopédique  de son époque de prédilection -depuis Isidore de Séville aux Sommes du XIIIè siécle des trois religions,-« beaucoup plus profondes »-en effet  y comparer le « fatras »-dixit Diderot-de l’Encyclopédie française,celles du positiviste Larousse,des marxistes puis structuralistes puis freudiennes puis rien du tout et n’importe quoi  de la « britannica » et de « l’universalis » n’es pas sérieux:de même que les machines fabriquent de grandes séries,de même « les machines parlantes,écrivantes,désirantes »,etc,sortent au millier de kms articles,journaux,livres,bavardages,images  et maintenant internet, fabriqués à la-va-vite et à la chaîne par du lumpen prolétariat « intellectuel »-Le Doctorat d’Etatt se passe désormais en trois ans contre quinze à vingt auparavant-se plagiant, »innovant » des vieilleries ou des pitreries comme « le genre »,concoctant 1 000 pages sur une question ou un auteur lilliputien:il faut bien pour eux « primum vivere ».

 

Ainsi la boucle est bouclée: »l’énergie spirituelle »,comme toutes les énergies,se dégrade en « force mécanique » puis « force calorique » de tête-d’oeu-à claques, selon la loi de Carnot et « la marche » vers l’entropie,avec ,d’un point de vue un peu différent, »L’auto-érotisme » diagnostiqué par le père Florensky dès 1950 et le triomphe de la culture de mort.

 

 

LA SEULE QUERELLE QUI VAILLE EST LA QUERELLE DE L’HOMME-DE GAULLE

 

Phrase inscrite au bas  son mémorial de Colombey surmonté de la Croix de Lorraine.

 

Ou de Dieu devenu Homme-Dieu.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s